A- B- C- D- E- F- G- H- I- J- K- L- M- N- O- P- Q- R- S- T- U- V- W- X- Y- Z

Le sommeil porte ouverte à toutes les perceptions

En effet, nous consacrons au sommeil, en moyenne, l'équivalent de vingt-cinq années de notre vie, soit près de quatre mois entiers (jour et nuit) par an. C'est de loin notre activité principale. Ce qui revient à dire que même un gros travailleur passe au long de sa vie deux fois plus de temps à dormir qu'à travailler !

Encore faut-il s'entendre sur la part du sommeil qui nous intéresse. Nous pouvons évoquer la fonction réparatrice et régénératrice du sommeil, qui permet à l'organisme de reconstituer son énergie, de récupérer des fatigues de la veille ; nous avons tout loisir de cristalliser notre attention sur le nécessaire ralentissement des fonctions vitales, qui permet au cerveau de changer d'état vibratoire ; nous savons également cerner cette « absence » relative qui permet à la conscience d'ingérer et de classer la multitude d'informations engrangées durant la journée.

Ce qui suscite présentement notre intérêt reste lié aux phénomènes de perception. Il ne s'agit que d'une partie de ce que l'on nomme globalement le sommeil, par-delà les impératifs de  recharge physique, c'est de loin la plus importante de notre point de vue, elle sert de passerelle, de relais, d'échangeur, à une foule de sensations venues de dimensions insoupçonnées, de cet « ailleurs » qui souvent nous chavire l'esprit. Ainsi se définit l'univers du rêve qui, dans bien des cas, se révèle être porteur de perceptions et de messages d'une valeur inestimable... pour les dormeurs que nous sommes !